• carofoucart

Marie-Galante & Guadeloupe, premières traces aux Antilles

Quelle bonne idée que d’atterrir à Saint-Louis de Marie-Galante après la transat (Petit clin d'oeil à l'entreprise St Louis Sucre). Ici, c’est presque le bout du monde. Tout est si paisible. Le temps semble s’être arrêté. On y cultive, avec la canne à sucre, un certain laisser aller.

Difficile de se croire en France. Nous voilà bercés par le créole antillais.

Nos aventures capverdiennes et la transat ont dû nous fatiguer. A Marie-Galante, c’est relâche !



Bastien, toujours plein d'entrain, nous embarque sur les routes, pour aller à la découverte de Grand-Bourg et Capesterre, de la belle plage Moustique et de l’anse Canot, du trou du diable, du sentier des Galeries, de la distillerie Bielle et de l’ancienne habitation sucrière Roussel Trianon. Josse s'improvise auditeur des installations sucrières. Que du bon temps !


Plage Moustique



Distillerie Bielle et Capesterre

Capesterre

Habitation Trianon & sentier des Galeries

Anse Canot


Déjà il faut repartir vers la grande Guadeloupe. Pour nous réconcilier avec les Antilles et oublier notre arrivée sportive de la transat sous les violents grains, les conditions de navigation sont cette fois-ci idéales : une bonne brise, du soleil, pas de houle. On file à vive allure à l’ouest de l'île jusqu’à l’anse Deshaies, en savourant les vues sur les paysages des Saintes et de Basse-Terre. En quelques heures c’est réglé, le bateau file tellement vite dans ces conditions. 12 nœuds de moyenne. Nous avons même la chance de pécher une énorme dorade ! Cela tombe bien, Annabelle (ma soeur), Solène et Timothée arrivent ce soir.


Et voilà les retrouvailles!

Les cousins sont trop contents de se voir. La messe de Noel trés animée donne la pêche.

L'anse Deshaies est charmante et propice au repos. Les cousins profitent de leur séjour et se baladent plus que nous. De notre côté, nous accusons encore un peu le coup de la transat et sommes malheureusement à notre tour happés par les bactéries digestives attrapées au Cap-Vert qui nous mettent complétement à plat…


Nous retrouvons avec joie nos amis de Risorius (rencontrés à Lanzarote, un couple expérimenté !) et de Grand Loup (rencontrés en stage survie). Ces 2 équipages sont d'une grande jeunesse bien qu'un peu plus agés que nous !

Les tortues de l’anse Deshaies ont bien failli nous coûter encore un enfant : Clotaire cette fois-ci, trop captivé par l'observation des animaux, a chuté par le hublot dans la soute avant. On ne peut plus aérer le bateau sans qu’un enfant disparaisse par les hublots! Rien de dramatique heureusement, mais ses dents de lait devraient tomber plus vite que prévu! Les Risorius, dentistes dans la vraie vie, sont rassurants sur l'état de l'enfant mais nous conseillent, vu notre passif, de naviguer jamais très loin d'un dentiste et d'un médecin!


Aprés la découverte du trés beau mais trés cher jardin botanique et de la délicieuse plage de Grande Anse, nous posons l’ancre devant Malendure pour aller faire un peu de snorkeling autour de l’îlet Pigeon au sein de la réserve Cousteau. L'endroit est magique, dommage que les grains aient décidé de nous accompagner !

Mais nous sommes ravis de partager cela avec les cousins ! Et évidemment trop tristes de les voir déjà repartir. Vivement que l’on se retrouve ! Lors de ce grand voyage, nous éprouvons en permanence des sentiments contradictoires, à la fois toujours trop heureux de vivre cette expérience inédite et en même temps en manque de ceux que nous aimons en France !


Plage de grande Anse

Jardin botanique de Deshaies

Deshaies et Grande anse

Réserve Cousteau


L’aventure continue néanmoins. Nous prévoyons à présent de mettre cap au sud pour aller visiter les îles de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, situées à 225 milles de la Guadeloupe. Mais pour cela, il nous faut le fameux sésame (=Test PCR). Dans chaque île des Antilles, il faut en effet pouvoir présenter aux autorités en arrivant, un test PCR par personne de moins de 72h. C’est une sacrée logistique en plus pour nous. Impossible de trouver de la place sur Basse Terre. Nous décidons de mettre les voiles pour aller jusqu’au Gosier où nous avons repéré un Drive Test Covid sans rdv sur le parking du Leclerc. Quelle belle invention:) Nous en profitons pour faire un gros plein et pouvons constater que les prix sont deux fois supérieurs à ceux en France.

Un petit tour s'impose aussi à la clinique, toujours pour nos problèmes digestifs (au tour de Caro)… Antibiotiques et perfusion de réhydratation. Nous reportons de 24h notre départ aux Grenadines. Allons-nous nous en sortir!


Escale technique et médicale au Gosier


Après ces quelques jours riches en émotions, nous quittons déjà la belle Guadeloupe en prévoyant à coup sûr d'y repasser sur la route du "retour".

483 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout