• carofoucart

Un départ en fanfare

Dernière mise à jour : 9 août 2021

Que ce mois de juillet 2021 est long !

Chaque soir, à peine rentrés du boulot, nous devons nous mettre à l’œuvre sur les derniers préparatifs. En particulier, la libération de la maison nous occupe bien. Il faut une nouvelle fois déménager (le 3eme en 3 ans !): trier ce qui sera mis de côté pendant un an, au chaud dans un container (j’ai hésité à y mettre Josse-) et ce que nous emporterons dans le bateau, et qui doit tenir dans notre grande voiture : Josse et Gabrielle descendront à Sète dans notre Sharan, tandis que Caroline, Héloïse, Thaddée et Clotaire suivront en train.

Nous n’échappons pas aux petits imprévus qui arrivent au bon moment – les WC de la maison qui tombent en rade, le rdv médical qui occasionne des petites sueurs froides, mais il parait que les préparatifs, ce sont déjà le voyage qui commence !




Vendredi 23 juillet, 17h00 : mise entre parenthèse de nos vies professionnelles ... A 18h00 notre femme de ménage déclare "vous ne serez jamais prêts" ... Ce qui ne nous empêche pas de fêter nos vacances !

Samedi 24 juillet, à 6h du matin, nous sommes sur le pied de guerre pour libérer la maison à nos locataires qui arrivent à 10h. Tous nos voisins de la rue Saint Simon sont ravis d’être réveillés par notre bruyant chargement. Pardon Gauthier ! A 8h, nous appelons le papa de Josse à la rescousse : A priori, on n’a pas tout à fait le compas dans l’œil, tout ne rentrera pas dans notre voiture…


Lundi 27 juillet, après une brève halte au Touquet pour recharger les batteries, récupérer les enfants et effectuer un nouveau tri histoire que le chargement tienne cette fois-ci vraiment dans la voiture, nous faisons cap sur Sète !


Sète nous voilà !

Quelques mois avant, sous pression familiale, nous avons planifié notre date de départ, fixée au mercredi 4 aout. Ce qui nous laisse une semaine pour tenir un programme bien chargé.

Nettoyage du Toucan & emménagement : En 15 minutes, les filles se font des cabines aux petits oignons.

Avitaillement : Le bateau est immense et nous permet de faire quelques réserves. On pique les bonnes idées des autres (espérons qu’elles soient vraiment bonnes) en stockant les pâtes et riz dans des bouteilles en plastique pour éviter la contamination des charançons. Vu le grand appétit de l’équipage, les réserves faites devraient nous laisser tranquilles pour un très long moment !



Et puis, vient le temps des grandes festivités. Car avant de partir, Toucan fait la fête ! Les familles et amis qui ont pu faire le déplacement débarquent en Occitanie. Pas de doute, le cockpit est extensible et peut accueillir du monde…Nous sortons en mer avec les parents. Il y a du vent, sensations garanties ! On enchaine les manœuvres de port devant nos invités d’honneur, ce n’est pas le moment de se rater ! Bonne nouvelle, Josse maîtrise parfaitement la bête ! Les enfants me rassurent : « Mais Maman, pourquoi tu stresses ! »

On chante, on mange, on trinque pendant 5 jours ! Pas de panique, tout le monde (ou presque) est vacciné…






Apothéose des festivités, la bénédiction du Toucan. Nous avons la joie d’être accompagnés par un père du carmel de Montpellier. Quelle providence ! La vie est étonnante ! Signe familial surprenant…Cela, nous ne l’avions pas programmé !

Nous gardons bien en tête les quelques conseils délivrés lors de la messe dans l'intimité qui précéde la bénédiction :

- Oser se mettre en retrait de l’agitation du monde

- Observer, contempler la beauté du monde et rendre grâce

- Affronter les épreuves qui font partie de la vie et du voyage sans crainte



Le bapteme du Toucan est aussi l’occasion incroyable pour Josse de retrouver Simone et Jean Cottin, skipper qui lui a transmis la passion de la voile à l'âge de 7ans et qu’il n’avait pas revu depuis ! Jean habite Béziers, c'est parfait pour être le parrain de notre bateau. Un immense merci à vous deux pour votre présence.



Après ces moments très riches en émotions mais joyeux, il est temps de larguer les amarres vers le grand sud. Il faut patienter une journée de plus ; la météo étant catastrophique. Pas grave, on est bien à Sète même sous la pluie.

Clotaire est excité, ravi de partir, mais quand même, trouve que c’est dur de quitter ceux qui nous sont chers. Il a raison ! Et puis une année, c’est vite passée ?


Annoncer notre départ en a interpellé plus d'un, c'est dingue toutes les marques d'amitié que nous avons reçu ! Merci à tous ceux qui étaient là, de près ou de loin ! Merci à vous tous, pour les messages et signes d’affection, nous vous embarquons avec nous !






1 330 vues13 commentaires

Posts récents

Voir tout